Michelle Sullivan Communications

Digging out my camping gear

Just heard (mere minutes ago) about Podcamp Toronto, going on as we speak.

A short car drive away. Missed opportunity. Ugh.

I really should listen to InsidePR more faithfully. I’ve been delinquent of late.

Adding Montreal barcamp to my events list and hoping for a Podcamp Montreal down the road. Also working to get a social media program going at the SQPRP — any podcasters/bloggers etc. interested in speaking to Montreal PR consultants?

Du nouveau

Un ajout à mon blogue : une liste d’événements qui m’intéressent .. et qui vous intéresseront peut-être.

Voir section ‘Événements : à venir’

Upcoming social media events

Well it turns out that Technorati is a very useful tool. Curious to find out who is reading my brother’s blog (he shall remain anonymous as he sometimes relishes in telling childhood stories about me out of school), I stumbled upon a blog belonging to one of his friends (or online-friends, I’m not sure which – he’s drawing them in from Japan as we speak).

This blog, written by a podcaster and/or podcast enthusiast, led me to discover two interesting events :

Podcasters across borders 2007 (Kingston Ont, June 22nd to 24th – look for program details as of Feb 26th)

Public Media Conference 2007 (Currently being held — yes, as we speak — in Boston)

I love Boston. Sorry I didn’t hear about that event earlier.

Does anyone know of a one-stop-shopping site that lists all upcoming social media events along the Quebec City-Windsor corridor and the Eastern US? Found something for podcasts here.

Hmm .. I wonder what Kingston is like in June?

Les experts parmi nous

Notre collègue, Marc Snyder, est super solicité de ces jours-ci. Cité dans deux articles de La Presse aujourd’hui, il se prononce sur la campagne électorale déclenchée hier.

Premièrement, lors d’une entrevue accordée à Tristan Péloquin, il explique les enjeux entourant les messages que souhaitent véhiculer les attachés de presse des candidats et la formation média d’intervenants potentiels :

«Si c’est une visite d’usine, on peut être sûr que le propriétaire ou le directeur est un membre du parti ou un sympathisant, ajoute Marc Snyder, un consultant qui a organisé bon nombre de campagnes électorales, notamment pour Mario Dumont, Jean Doré et Gérald Tremblay. Avant l’événement, il se fait expliquer en moult détails quel sera le propos du chef. On va même jusqu’à lui suggérer quelques réponses — du genre «l’annonce faite aujourd’hui pourrait faire croître mon entreprise de x pourcent» — au cas où les journalistes lui poseraient des questions.«L’objectif ultime, c’est d’imposer l’ordre du jour médiatique du parti en livrant un message sans faute. Au moindre glissement, les médias capitaliseront là-dessus et imposeront leur propre agenda», ajoute M. Snyder.

Deuxièmement, de nouveau dans un article du même journaliste, Marc se prononce sur l’impact que pourraient avoir les blogues sur la campagne électorale 2007. Il explique que les blogueurs provenant du ROC sont très actifs sur le plan politique, ce qui n’est pas forcément le cas ici :

« Au Canada anglais, il y a l’exemple des Blogging tories, un groupe de blogueurs de droite qui ont fait beaucoup de bruit en faveur de Stephen Harper pendant la campagne électorale. Ils sont étroitement liés, se lisent entre eux et se font mutuellement référence pour avoir plus d’impact. »Le groupe, qui rassemble environ 300 blogues, a aussi fait parler de lui pendant la commission Gomery. « Parmi tous les blogueurs qui en font partie, certains se démarquent clairement, dit M. Snyder. C’est notamment le cas de Stephen Taylor (un des fondateurs du groupe), dont on dit qu’il a de meilleures entrées au bureau du premier ministre que la majorité des journalistes sur la colline parlementaire.» On est encore loin de ça au Québec, « mais de bons blogues politiques commencent à apparaître (à l’extérieur des sites des rands médias) et à faire parler d’eux », affirme M. Snyder, Il cite en exemple le carnet Quebecpolitique.com (quebecpolitique.com/blogue), Un blogue… de Centre-Droit (davidchretien.blogspot.com) et le Surfeur autonome (misterpi.blogspot.com).

Pédigré politique tiré du blogue du principal intéressé : Marc a participé à la campagne électorale fédérale de 1988. En 1989, il a rejoint les rangs du PLQ, pour par la suite quitter avec Mario Dumont en 1992 afin de fonder l’ADQ. Il a été très actif jusqu’à la campagne électorale de 2003, mais affirme ne pas participer de façon active à la présente campagne. Marc a également oeuvré en politique municipale à Montréal au cours des élections municipales de 1994, 1998 et 2005.

Table ronde ARP

J’ai eu la chance d’assister aujourd’hui à la première table ronde des ARP de la SQPRP – événement que j’avais annoncé ici dans ce même carnet. Intéressant comme échange entre pairs. J’ai joué le rôle de mouche sur un mur. Et j’ai pris des notes.

Quel est le rôle des relationnistes face à l’évolution médiatique que nous vivons actuellement? Dans ce monde de consommation? D’information spectacle? Où le nombre de journalistes est en constante diminution? Où nous cherchons des réponses simplistes plutôt que des analyses approfondies? Où nous témoignons de l’émergence du journaliste-citoyen? Les opinions sont partagées.

Certains disent que notre unique rôle est de faire passer des messages.

D’autres — la majorité, semblerait-il, si on ne compte pas les silencieux — sont plutôt de l’avis que notre profession a une responsabilité importante face à ces changements. Nous devons participer aux débats. Éduquer. Jouer un rôle dans la conscientisation. Changer les mentalités. Emmener nos clients à aller plus loin. Être un agent de changement autant à l’interne qu’à l’externe. Vulgariser. Quelqu’un a cité Marcel Barthe pour dire que nous devons nous assurer de l’impact et non seulement de l’output.

C’est toute une liste d’épicerie.

J’ai senti, dans les propos de certains de nos ARP, un jugement de valeur. Je partage un nombre de leurs sentiments et de leurs inquiétudes. Oserais-je toutefois préciser que je ne suis, moi non plus, une jeunesse. Ou, plus délicatement, que nous n’avions, personne dans la salle ce matin, 20 ans.

Afin de dresser un portrait complet, il faudrait maintenant songer à poser ces mêmes questions à des jeunes relationnistes. Question d’imaginer que sera le statut de notre profession quand ils iront chercher leur agrément.

Drôle de coincidence, qui m’a fait rire dans le métro en revenant de l’activité : Les Denis Drolet ont été invités par le journal Métro à occuper, aujourd’hui, le poste de rédacteurs en chef du quotidien. À la place de Claude-Sylvie Lemery, je ne sais pas si je serais heureuse de constater que ma ‘job’ peut se faire, ne serait-ce que pour une seule journée, par deux humoristes absurdes.

J’en rirais, peut-être — mais j’en rirais jaune.