Michelle Sullivan Communications

J’apprends de mes élèves – merci. Et merci Twitter

La beauté de lancer un mot-clic (#rep2300) dans le cadre d’un cours d’introduction aux relations de presse: non seulement on peut communiquer avec nos élèves (tous obligatoirement sur Twitter) mais on apprend d’eux,
140 caractères à la fois.

Le bijou du jour, gracieuseté de @priseilliaL, qui se doute peut-être que son prof a un faible pour l’histoire. Combinaison gagnante, alors:

Les RELATIONS PUBLIQUES commencent dès l’Antiquité

49 Av. J.-C. : JULES CESAR envoie les rapports de ses exploits guerriers dans un journal quotidien intitulé : ACTA DIURNA

1066 La 1ère infographie au monde : la Tapisserie de Bayeux relate la conquête normande de l’Angleterre

17ème siècle : Église Catholique crée la “Congrégation de la propagande” pour la “propagation” de la Foi

19ème siècle : Naissance des Relations Publiques

1807 Thomas Jefferson : Premier à utiliser le terme « Relations Publiques » dans un discours devant le congrès américain

1889 Westinghouse crée le 1er département RP pour rivaliser avec General Electrics de Thomas Edison dans la « Guerre des Courants ». VICTOIRE du courant alternatif qui s’impose comme le standard

1897 L’Annuaire des chemins de fer américains. Pour la première fois, les RP sont utilisées pour gérer la communication entre une organisation et le public. Naissance des Corporate PR

1900 « The Publicity Bureau » : la première agence de Relations Publiques

Les années 1900 – 1920 voient l’arrivée des « Grands hommes » des RP

1906 Ivy L. Lee crée le premier COMMUNIQUE DE PRESSE officiel pour aider le chemin de fer de Pensylvanie à COMMUNIQUER sur un accident ferroviaire

Son « public statement » est publié par The New York Times

Les années 20 marquent le passage d’une culture du BESOIN à une culture du DESIR

1924 Basil Clarke introduit le « British Code of Ethics » en Angleterre. Mène une campagne pour que soit inscrit « déconseillé aux nourrissons » sur le lait écrémé importé (pour le compte des producteurs de lait pasteurisé) S’oppose à l’utilisation des colorants nocifs dans les aliments en conserve pour le compte de HEINZ

1929 Krach de Wall Street Les Relations Publiques deviennent primordiales

Edward L. Bernays fait de la cigarette le symbole de la libération de la femme. il organise à NY un défilé de jolies femmes fumant « les torches de la liberté »

Il convainc l’opinion publique que la bière est une alternative saine aux alcools forts

1938 De Beers « Les diamants sont éternels » Campagne pour associer les diamants à la romance. Hausse des ventes de plus de 40%

1941 Après l’attaque sur Pearl Harbour Coca Cola persuade le Département américain de la Guerre que son soda est crucial à l’effort de guerre. Chaque homme en uniforme a une bouteille de Coca Cola pour 5 cents. Résultat : 5 milliards de bouteilles consommées pendant la guerre

1948 L’Institut des Relations Publiques est fondé

1949 « Public Relations and Publicity » de J. H. Brebner est publié. Premier livre britannique avec « Public Relations » dans son titre

Les années 50. La globalisation des RP. Les pionniers John Hill & Harold Burson

Burson crée son entreprise en 1953… En 2001 Burson-Marsteller pèse plus de 259 millions de dollars de chiffre d’affaires et compte plus de 2000 employés dans 34 pays

Les années 60 : Émergence d’organismes professionnels à travers l’Europe pour représenter les agences de RP

1969 : Le PRCA en Angleterre

1982 : ASSOREL en Italie

1988 : Le SYNTEC CONSEIL EN RELATIONS PUBLIQUES en France

1992 : ADECEC en Espagne

AUJOURD’HUI

l’ICCO : :Regroupe plus de 1 500 entreprises à travers le monde.

D’après l’ICCO, les médias sociaux et la communication digitale représentent la plus forte source de croissance pour les relations publiques.

Les années 1990 : Brian Solis, prédit qu’Internet transformera les relations publiques. Il invente le terme PR 2.0

2008 : Deirdre Breakenridge publie son livre PR 2.0. ce libre décrit comment les médias sociaux ont cimenté la nouvelle approche : la place du « public » dans les relations publics…

The 502nd mile mark – when moving from fifth into third gear makes sense

This blog is shifting gears.

When Jack Layton passed away, I decided to postpone publication of this blog post to pay tribute to him. The positive reaction that my 500th blog post garnered reinforced the notion that social media in general and blogs in particular are a wonderful way for me, as an individual, to connect in meaningful ways with other members of my tribe. Thank you for everyone who took the time to write and speak to me about what I’d written.

In that 500th blog post, I alluded to the fact that I was going to change the direction this blog has been taking for the past 4 years. When I first launched this social-media-for-PR blog in January of 2007, there were only 2 other PR bloggers in Quebec. I had been excited about the possibilities social media opened up for our industry and our clients for a few years by then, and was eager to share and discuss my discoveries with my PR tribe.

Mission accomplished. Far from single-handedly, mind you! Along with many other early adopters and social media zealots, I’ve managed to convince a colleague or two to take a look at social media for PR and I’m pleased with the inroads that have been made. We’ve been joined by the industry mainstream and social media is taking root in the Quebec PR landscape. There now are dozens of Quebec-based blogs, Facebook pages, Twitter accounts, Google+ profiles and LinkedIn Groups – not to mention Third Tuesdays, Camps and other events – available to Quebec PR types hungry to stay abreast of the latest developments in social media.

I’ve written hundreds of blog posts presenting social media case studies, tools and best practices for PR professionals. Now, many more voices have joined and there’s a wealth of information out there. It’s fantastic.

And it’s why I’m now able to shift gears.

I’m going to start concentrating less on the tools and innovations, and more on the impact social media and the Internet in general is having on society, on tribes, on individuals. You’ll see less of this and more of this and of this. And you’ll probably hear more about tribes than you ever thought possible. I may just have to rename this blog …

I also intend to focus more on the public affairs side of PR, moving away from where social media seems to have found an easy and natural fit – marketing communications. So no more brand name case studies. There are other great blogs for that kind of thing. I want to take a look at how lobby groups – whether corporate or grassroots – are leveraging social media to effect political and social change.

Fifth gear: Lowest power, highest speed. Used for high speed cruising on dual carriageways, motorways and other such open roads.

Third gear: Used for driving uphill, through a hazard at speed and where a greater degree of power is needed than fourth will allow.

This blog is shifting into third gear. The hazards are greater in number, the stakes are higher. We’re talking about people’s lives and how they use social media to change the world around them.

It’s going to be a fascinating ride. And yes, I pick up hitchhikers.

David Crystal: an analysis of Texting and Twitter by Britain’s preeminent linguist

British linguist David Crystal has a lot to say about Twitter. If you have 30 minutes to spare … maybe skip the latest episode of The Bachelor or Survivor … I’d encourage you to listen to him debunk some myths about Twitter and texting. I’d especially encourage you to listen to him if you’re still scratching your head wondering what kind of creature tweets. I would particularly encourage you to invest 30 minutes to listen to Crystal if you are the kind of person who stands up in the middle of a conference and asks why we should care about communicating to a bunch of people who have nothing better to do but to spend their days typing into a smartphone. And I know you’re out there.

Some myths, explained:

  • People actually don’t abbreviate in text messaging and Twitter as much as one might think. This is partially because Texting and Tweeting isn’t a uniquely youth phenomenon.
  • Abbreviations like CUL8tr aren’t anything new .. Lewis Carroll and Queen Victoria played around with these language rebuses
  • Young people don’t leave letters out because they can’t spell … in fact, the best texters are often the best spellers, simply because they get tons of practice. They leave out letters because « it’s cool ». Following the fashion is a socially bonding experience.
  • Texting and Tweeting in fact gives young people more motivation to write and read.
  • Students aren’t translating text-speak into their schoolwork and exams, contrary to popular belief.
  • There is an artistic dimension to the evolution of Texting and Twitter. Crystal cites Twitter poetry contests as an example.
  • Many of the sentences in a Tweet are actually quite long – you can get 30 words into 140 characters and there are often 20 word sentences in a Tweet.
  • Twitter has become more of an information exchange mechanism than it was when it first launched as a « What are you doing? » platform.
  • Twitter has value in that, among other things, it accelerates the transmission of information.



David Crystal believes teachers have an important role to play in Internet management. For young people, the electronic technology is central and the book is marginal. This isn’t going to change, so, according to Crystal, it must be managed and used in a way that becomes motivating for young readers.

According to Wikipedia:

Crystal is the author, co-author, or editor of over 100 books on a wide variety of subjects, specialising among other things in editing reference works, including (as author) the Cambridge Encyclopedia of Language (1987, 1997, 2010) and the Cambridge Encyclopedia of the English Language (1995, 2003), and (as editor) the Cambridge Biographical Dictionary, the Cambridge Factfinder, the Cambridge Encyclopedia, and the New Penguin Encyclopedia (2003). He has also edited literary works, and is Patron of the UK National Literacy Association. He has also published several books for the general reader about linguistics and the English language, which use varied graphics and short essays to communicate technical material in an accessible manner

Décompte PodCamp Montréal 2010: Coup de coeur no. 2 « Chillcast with Anji Bee »

En cette journée de canicule, je poursuis la présentation de ma série de balados préférées avec la sublime Anji Bee, qui produit, depuis bon nombre d’années et au grand plaisir des mélomanes, l’excellente « Chillcast ». Rien de mieux comme musique d’ambiance la prochaine fois que vous recevrez des amis à souper, ou comme trame sonore d’une soirée en tête-à-tête avec votre amoureux. C’est ‘hot’ comme balado. (Canicule? Hot? Vous catchez?)

Sa bio:

Anji Bee is a Southern California vocalist, lyricist, podcaster and vidcaster. She is one half of the indie band, Lovespirals, as well as the hostess and producer of the chillout music podcast, The Chillcast, and Chillcast Video, as well as the co-hostess and producer of the Chillin’ with Lovespirals podcast.

Quelle voix! Je vous invite à écouter sa toute dernière ICI.

Ms Bee est l’exemple même de cette sous-culture du monde de la balado qui adore partager ses coups de cœur musicaux avec les membres de sa ‘tribu’. Je pense à des Laurent Lasalle, par exemple, ou des Lada et Georges.

Ceux qui connaissent Julien Smith, Montréalais, auteur extraordinaire, un des membres fondateurs de PodCamp Montréal et un des premiers baladodiffuseurs du Canada (sinon LE premier – titre contesté entre amis ;), apprécieront cette conversation avec Anji Bee, enregistrée en 2007. Une belle complicité entre deux excellents podcasteurs.

Médias sociaux et études de cas francophones: c’est à notre tour de nous laisser parler d’amour

casestudiesonlinelogo

Tod Maffin, ancien journalist et consultant du web 2.0 me fait l’honneur de me nommer co-rédactrice de son site CaseStudiesOnline.com qui présente depuis quelques mois une série d’études de cas pour professionnels et entreprises s’intéressant aux médias sociaux. Il s’agit pour moi d’une contribution naturelle  – que ce soit en tant que conférencière ou par le truchement des 3e mardi, PodCamp, FacebookCamp ou ce blogue, j’ai longtemps cherché à faire la promotion des médias sociaux et, surtout et avant tout, des meilleures pratiques.

Le site, disponible uniquement en anglais pour le moment, deviendra peu de temps après mon arrivée une plateforme bilingue.  Je trouve particulièrement intéressante la fonctionnalité qui permet une recherche par catégorie : profil démographique, industrie, type d’entreprise ou d’organisation, région et tactique. Sachez donc, chers collègues en RP, que vous y trouverez au moins 13 études de cas qui risquent de susciter votre intérêt.

Pourquoi m’éparpiller ainsi quand je pourrais choisir de concentrer toutes mes énergies sur mon propre blogue? Parce que je veux continuer à faire rayonner nos professionnels québécois et mettre en valeur leurs bons coups, en plus de partager avec les professionnels de notre marché les meilleures (et parfois moins bonnes) réalisations d’ailleurs.

Merci à Tod, que j’ai rencontré lors de la 2e édition de PodCasters Across Borders. Je pense que nous avons développé une belle complicité au fil des années, ayant beaucoup appris l’un de l’autre, tout comme j’ai également appris d’innombrables membres de la communauté 2.0. Leur générosité est légendaire et je tente simplement de faire ma part.

Divulgation d’intérêts: Comme vous le savez, je suis Directrice, Médias sociaux et communications numériques chez HDKP, une filiale de Hill & Knowlton, qui compte 74 79 bureaux dans 42 44 pays. Vous pouvez donc vous imaginer le nombre faramineux de clients (et de compétiteurs de clients) que compte Hill & Knowlton à travers le monde, pour ne pas parler de ceux des agences WPP, dont Hill & Knowlton fait partie. C’est certain que je vais présenter des études de cas de HKDP/Hill & Knowlton/WPP à l’occasion et parfois même sans le savoir, mais j’adhère aussi aux codes de déontologie de la SQPRP et de Hill & Knowlton, et ferai donc les recherches nécessaires dans le but de faire une divulgation complète lorsque ce sera le cas. Je n’y arriverai pas toujours, mais ce ne sera pas pour des raisons de mauvaise foi.  J’invite bien sur tous mes collègues et compétiteurs à me soumettre leurs études de cas pour considération. Si je sollicite activement ces mêmes collègues et compétiteurs afin qu’ils présentent leurs dossiers au 3e mardi et à PodCamp Montréal, c’est que je considère qu’il est à notre avantage commun de discuter les uns avec les autres et de valoriser les meilleures pratiques en matière de web 2.0.

Jeune, je partageais mes jouets dans le carré de sable, et, moins jeune, je partage ce jouet avec vous. N’hésitez donc surtout  pas.

(MAJ) Mon premier billet – Yer man Tayto’s on top again, Ireland: a crispy case study