Michelle Sullivan Communications

Comment aborder un blogueur – règles de base

Une présentation simple et concise de la part de Chris Brogan, qui vient de publier Trust Agents avec l’ami Julien Smith

À voir si vous vous demandez toujours par où commencer pour travailler avec les blogueurs.

(source: Bad Pitch Blog)

Liste d’épicerie: Mitch Joel et Julien Smith

Lors de votre prochain passage à la librairie ou au site d’Amazon, procurez-vous deux livres qui vous aideront à mieux comprendre les médias sociaux et les nouveaux enjeux qui touchent le domaine de la communication.

1. Six Pixels of Separation – si le titre vous dit quelque chose, c’est que c’est également le nom du blogue et de la balado du montréalais Mitch Joel, connu aux quatre coins de la planète grâce à ceux-ci et très respecté dans le monde du marketing 2.0.  Si vous ne connaissez pas Mitch Joel, vous avez du chemin à faire. Ne vous privez plus de ses conseils précieux. Consultez son blogue, sa balado et achetez son livre aujourd’hui. Excellent pour débutants, mais je serai certaine de m’en procurer un exemplaire.

En voici un extrait:

Six Pixels of Separation is the first book of its kind to unify the concepts of Personal Branding, Digital Marketing and Entrepreneurship in a clear, fun and provocative manner. It offers a complete set of tools, tactics and insights to empower Entrepreneurs and Individuals to have a global audience and consumer base with a few clicks of the mouse, almost all of them free.

Mitch est également un des membres fondateurs des 3e mardi | Third Tuesday Montréal et sera notre invité le mardi 20 octobre prochain.
17 novembre prochain.

Disponible sur Amazon.

2. Trust Agents – le montréalais Julien Smith se joint à Chris Brogan pour nous livrer un texte dont le titre complet est Trust Agents: Using the Web to Build Influence, Improve Reputation, and Earn Trust.

Ce livre est déjà au palmarès du New York Times et ce après seulement quelques jours.

Julien était notre invité lors du 3e mardi | Third Tuesday Montréal du mois de juillet. Vous pouvez consulter nos archives vidéo pour l’entendre.

Disponible sur Amazon.

C’est d’ailleurs Julien qui est posé avec moi sur l’affiche promotionnelle de PodCamp Montréal. Nous siégons tous deux au comité organisateur depuis la première édition de l’événement. Comme quoi Julien ne fait pas les choses à moitié.

Il sera parmi les conférenciers de PodCamp. Si vous avez raté l’occasion de l’entendre au mois de juillet dernier, vous pouvez vous racheter. La date précise reste à confirmer donc suivez le blogue.

Somme toute, deux livres par trois professionnels que je respecte énormément – très impliqués dans la communauté et très généreux dans leur façon de partager leurs connaissances et réflexions sur la question des médias sociaux.

PodCamp Montréal: là ou les choses se font différemment

2virgins1

 

Photo: Laurent Maisonnave
Bannière: Sylvain Grand’Maison
John: Julien Smith
Yoko: Michelle Sullivan

PodCamp Montréal: 19 et 20 septembre, 2009, au Pavillon du design de l’UQAM.

Tous les détails sur le site: http://www.podcampmontreal.org

400 billets et (au moins) 10 leçons tirées de deux ans et demi d’expérience

C’est seulement en le publiant que je me suis rendue compte que mon dernier billet était mon 400e. Oof!

J’en profite pour partager quelques réflexions sur le blogging sous forme de leçons apprises en deux ans et demi de pratique.

Ce billet s’adresse surtout à tous ceux en agence qui commencent à tourner leur attention vers les médias sociaux. Vous êtes maintenant nombreux. Si je le sais, c’est parce que c’est moi que vous contactez en disant : « Bonjour Madame Sullivan, je suis tombé sur votre blogue et …  » Ce qui m’emmène à mon premier point:

Leçon no. 1 : même si ce n’était pas mon but en ouvrant mon blogue, j’ai rapidement compris que cette plateforme allait devenir une belle carte de visite pour mon entreprise. J’ai eu beau faire des années de bénévolat auprès de diverses associations, dont la SQPRP, ce n’est qu’en me démarquant de mes collègues québécois en lançant mon blogue que j’ai véritablement réussi à capter l’attention de collègues sénior et influents. Je me suis taillée une petite niche intéressante qui est devenue tendance au sein de l’industrie et qui me sert maintenant très bien. N’ayez pas peur d’être seul (ou presque) dans votre entourage à croire en quelque chose. Si vous avez raison, vous vous retrouverez devant la vague, ce qui est de loin préférable à la situation inverse.

Leçon no. 2: la publication de billets sur une base hebdomadaire n’est pas nécessaire. Ne vous laissez pas intimider par ceux qui insistent qu’il faut publier à tous les jours. Ce n’est pas vrai et ça brûle son homme (ou sa femme). L’important est d’être quand même présent … de ne pas laisser mourir son blogue à petit feu en publiant seulement de temps en temps, par exemple … et d’avoir du contenu intéressant. Le vrai défi est là, honnêtement. Si vous n’avez rien à dire, ni à partager, les médias sociaux ne sont pas pour vous.

Leçon no. 3: je suis arrivée à la conclusion que ceux qui disent qu’il est nécessaire d’héberger un blogue sur un nom de domaine qui nous appartient (versus sur WordPress, Typepad ou Blogger, par exemple) ont raison. Oui, il est plus facile de lancer son blogue sur une plateforme gratuite comme Blogger, comme j’ai fait, d’ailleurs, mais ultimement, on dépend ainsi sur l’existence de ces services. Existence qui n’est pas garantie. Si jamais Blogger fermait ses portes, que feriez vous? Vous migreriez probablement votre contenu vers votre propre nom de domaine. Pourquoi ne pas commencer dès maintenant et profiter des avantages reliées à l’optimisation?

Leçon no. 4: tant qu’à suivre les conseils de la leçon no. 3, pourquoi ne pas réserver un nom de domaine qui vous ressemble afin que les gens puissent vous trouver encore plus facilement? Éminence Grise était ben cute quand j’ai lancé mon blogue sur la plateforme Blogger en janvier 2007, mais au moment de la migration vers mon propre nom de domaine, j’ai laissé tombé l’aspect cute pour profiter des avantages non négligeables du URL michellesullivan.ca.  Je ne l’ai jamais regretté.

Leçon no. 5: dès que michellesullivan.com est devenu disponible, je l’ai réservé pour le bénéfice de tous ceux qui pourraient se tromper en me cherchant simplement par URL. Ils sont maintenant automatiquement redirigés vers mon blogue. Un grand merci à Laurent Lasalle, celui qui a fait le design de mon blogue et qui veille sur sa création de loin. C’est lui qui m’a envoyé un petit mot pour me dire que le .com n’était plus entre les mains de l’agente d’immeuble de Colorado qui l’avait acheté avant moi. Je suis sautée dessus.

Leçon no. 6: un beau design de blogue vaut la chandelle. Je ne semble pas être la seule à adorer le ‘look’ de mon blogue, car je reçois régulièrement des compliments de la part de purs étrangers. Mon blogue est ma carte de visite et projette une image professionnelle qui me ressemble et qui inspire confiance. Le design est un beau complément au contenu qui est, je l’espère bien, aussi intéressant. En arrivant, on a envie d’y rester. Du moins c’est ce que Google Analytics m’indique. Et en plus, on s’en souvient. Parfait, ça.

Leçon no. 7: la publication de billets dans deux langues me nuit et m’aide en même temps. Me nuit parce que mes collègues unilingues s’aperçoivent que mon contenu pourrait être intéressant, mais n’y ont parfois pas accès. M’aide, parce que le fait de pouvoir démontrer mon bilinguisme et ma capacité de naviguer aussi facilement le marché anglophone que francophone  m’apporte énormément de contrats de la part de ces mêmes collègues unilingues. Merci maman. Thanks Dad. Quel beau cadeau.

Leçon no. 8: Le microblogging (Twitter, Identi.ca) c’est bien beau, mais c’est par le biais d’un billet de blogue qu’on peut véritablement participer aux échanges intéressantes qui ont lieu sur le Web. À eux seuls, les blogues et balados de professionnels en RP et en marketing s’intéressant aux médias sociaux doivent certainement maintenant compter dans les centaines. Tant de contenu et tant de possibilités d’apporter son point de vue en inscrivant un commentaire ou en pondant un billet de réplique ou de soutien dans son propre blogue.

Leçon no. 9: la communauté est généreuse. Impliquez vous. Commentez les billets d’autres blogueurs ou les épisodes de baladodiffuseurs. Prenez le temps d’en connaître. Ajoutez en à votre aggrégateur (ex: Google Reader, Netvibes). Que ce soit sur le Web ou dans votre voisinage, si vous avez pris la peine de sortir de votre bulle et de vous faire connaître et apprécier, vous tisserez des liens agréables avec des personnes intéressantes qui se feront un plaisir de vous conseiller ou de vous donner un coup de main le moment venu (et vice versa). Vous n’aurez qu’à le demander. Karma baby. Si vous ne me croyez pas, je vous invite à surveiller le blogue de PodCamp Montréal, car vous en aurez bientôt la preuve. Hier, Julien Smith m’a fait un très beau cadeau en me permettant de réaliser ma vision pour une affiche et vidéo promo. Celle là, je ne l’oublierai pas.

Leçon no. 10: impossible de s’y échapper. Il faut se salir les mains. Si vous voulez ajouter les médias sociaux à votre offre de service, vous devez vous baigner dans ce nouveau monde, ou travailler avec ceux qui le font. Je n’aurais jamais autant de crédibilité auprès de centaines de blogueurs d’ici et d’ailleurs si je n’avais pas tenu pas moi même un blogue, si je n’avais pas déjà fait de la baladodiffusion, si je n’avais pas pris pas le temps d’assister à (et parfois à organiser) des événements comme 3e mardi | Third Tuesday Montréal, YULBlog, YulBiz, PodCamp, Podcasters Across Borders, FacebookCamp, Twestival etc. C’est nécessaire pour comprendre non seulement les outils mais la mentalité qui caractérise le Web 2.0. Vous n’allez pas saisir autant en lisant les blogues et les livres de ceux qui ont acquis une certaine expertise en RP 2.0, qu’en ouvrant un dialogue avec eux. Ce dialogue a lieu sur le Web, dans les blogues, les forums et sur Twitter, et dans les événements qui permettent à ceux qui se connaissent sur le Web de se rencontrer en face à face. Ce n’est pas un choix, mais une obligation. Si vous n’êtes pas prêts à vous commettre à votre développement professionnel en ce sens, travaillez avec ceux qui le sont.

Les médias sociaux ne s’improvisent pas. Heureusement que c’est passionnant.

Twitter, Bernard Derome and the way the news is delivered

While Bernard Derome sat at the anchor desk of Radio-Canada’s Le Téléjournal for the last time last night,  Montreal’s start up community gathered at Radio Lounge for a holiday bash called Celebrate Camp. Not able to go, and knowing that the room would be full of geeks with iPhones handy, I kept one eye on my Twitter stream and one eye on the Téléjournal in order to follow what was going within my own personal community and around the world. As PR consultants start to become more familiar with micro-blogging, one thing they’ll realize is that Twitter geeks love to ‘live Tweet’ events. They arm themselves with laptops and iPhones and send short messages to their Twitter account. Speakers beware, this is often done at conferences. No sooner have words passed through your lips than they are reported by a Twit to all his or her followers on Twitter. *

Derome’s last night at the desk went off without a hitch and, while technical glitches limited the amount of Tweeting done at Celebrate Camp that evening, I still had enough material to keep myself entertained. Result? The two-part Xtranormal animation below was produced, by moi, for your amusement.

Without further ado, I present to you, in two parts, A Twitter’s eye view of Celebrate Camp 2008:

 

After 33 years at the helm of the Téléjournal, Bernard Derome has a unique perspective on many things including politics, society and technology. In both his closing remarks and in a one-hour interview with Michel Désautels which followed the news bulletin, he spoke about journalism and the way news gathering and telling has evolved over the years. How, when he started out, there was no such thing as production meetings and how, now, journalists live on their Blackberries. Most tellingly, he spoke about his wish that technology not get in the way of thoughtful journalism. For Derome, the biggest change over the last years has been the acceleration of the rhythm in which journalists are asked to work and report the news. He refers to this as ‘Blackberry journalism’ and says that he hopes that journalists .. and, consequently, society in general .. remember the importance of taking the time to step back in order to put things in perspective.

As Quebecor’s Sun Media cuts staff and monuments like the Chicago Tribune see their parent company file for bankruptcy protection, it’s important to keep Derome’s words in mind.  In a world where bloggers and Twits report on events hours before the daily newspaper hits the sidewalk, the industry has no choice but to evolve. From Mumbai to Obama’s election and the prorogation of the Canadian parliament, we’ve seen how Twitter has been used in the sharing of information. Regardless, the kind of thoughtful journalism Derome speaks of should never go out of style, in my mind. He’s right in that it offers the kind of analysis and perspective that remains critical as our society makes decisions and shapes its future.

Twitter is instantaneous, short, and perfect for a fast-food consumer world that wants everything delivered as quickly as possible.

I suspect that as the days go on, my impression of last night’s Celebrate Camp event will change as others help fill in the blanks, on Twitter, in conversation, on blogs and, who knows, if anything newsworthy really happened, in the pages of the Gazette or La Presse.

 

* Twitter lexicon:

Twitter = the microblogging platform itself.

Twit = someone who uses Twitter.

Tweet = a Twitter message of 140 characters or less which can include hyperlinks.

Twittering = sending a Tweet

Follower = Other Twits who find your interesting enough to add your Tweets to the stream of other Tweets that appear on their main screen

Retweet = Repeating another Twit’s message for the benefit of your followers, who, because they don’t necessarily follow that Twit, may not have seen it. Often using the abbreviation RT.

Tweeple = People you know on Twitter. Your community.

(Disclosure: Xtranormal is a client. Regardless, I think their animation software is fun and yesterday’s project was not work)