Michelle Sullivan Communications

Agrément en relations publiques

J’ai un respect énorme pour grand nombre de mes pairs, mais j’éprouve une admiration sans bornes pour Guy Versailles, et ce pour plusieurs raisons, y compris son grand dévouement envers notre profession et son insistance sur l’application des meilleurs pratiques. 

Je réponds donc avec plaisir à son appel à tous en publiant son texte dans ce blogue afin de faire promotion du programme d’agrément en relations publiques de la SQPRP. Le jour où je me déciderai de redevenir membre de cette association je déposerai certainement ma candidature tellement je  suis convaincue de l’importance de l’initiative.

Sans plus tarder, alors, je vous présente le message de Guy Versailles:

L’agrément a davantage à voir avec qui nous sommes comme professionnels que comment nous faisons notre métier. On se demande souvent si les relations publiques sont un métier ou une profession. Elles peuvent être l’un ou l’autre, selon ce que l’on choisit, et les deux choix sont parfaitement honorables.

Mais le choix d’envisager les relations publiques comme une profession entraîne des exigences accrues. Il ne suffit plus de bien faire le travail qu’on nous demande de faire.

* Premièrement, il faut arrêter de penser «communication» et commencer à penser «relations publiques». Ce n’est pas la même chose.
* Deuxièmement, il faut franchir définitivement l’espace mental qui sépare la réalisation de produits ou de projets de celui qui caractérise la planification et la stratégie.
* Troisièmement, comme pour tous les professionnels, il nous faut prendre conscience de notre éthique professionnelle. Celle-ci repose sur une conception très claire de l’utilité des relations publiques dans la société et de nos responsabilités personnelles face à l’intérêt public et à notre profession, aussi bien que face à nos clients et à nous-mêmes.

Les personnes qui ont réussi l’agrément peuvent en témoigner : ces trois aspects font toute la différence dans la manière non seulement de pratiquer les relations publiques, mais de nous définir nous-mêmes. L’agrément nous change de l’intérieur, nous fait progresser, nous situe dans le monde, clarifie notre rôle dans la société et par le fait même renforce notre confiance et notre efficacité. 

L’agrément nos concerne tous, même les jeunes, même les étudiants. Parce que c’est une étape importante d’un cheminement de carrière. Parce que plus le nombre de membres agréés augmente, plus les professionnels en relations publiques seront forts collectivement. Et plus leurs employeurs et leurs clients les prendront au sérieux.

Si vous avez un minimum de 5 années d’expérience de travail en relations publiques, peu importe que ce soit en agence, en entreprise, au gouvernement ou dans tout autre organisme, vous êtes admissibles à l’agrément.

Si vous êtes intéressés à vivre une expérience de groupe très enrichissante.

Si vous voulez vous mériter une certification reconnue internationalement comme un standard d’excellence en relations publiques, qui vous permettra de communiquer avec un langage commun avec vos vis-à-vis de tous les
continents,

Et si vous avez tout simplement envie de devenirs meilleurs dans ce que vous faites,

Vous avez jusqu’au premier décembre pour compléter votre demande d’inscription à l’agrément. Ça se fait une fois par année et c’est maintenant. Le processus d’inscription n’est pas compliqué mais il demande un peu de temps, alors n’attendez pas. Renseignez-vous via le site web de la Société canadienne des relations publiques ou écrivez-moi :

versailles@versaillescom.com

Date limite : premier décembre. N’attendez pas.

 Dans un deuxième petit message, Guy apporte quelques précisions:

Il est important pour la Société québécoise des professionnels en relations publiques de former le plus grand nombre possible de nos membres aux aspects professionnels des relations publiques. Je demande l’aide de tout le monde pour repérer les candidats et candidates prêts pour cette étape et pour les encourager à s’y inscrire. Comme vous le savez, nous soutenons les candidats à travers un processus de soutien que je coordonne. Les candidats et candidates ont aussi besoin de mentors pour les soutenir. Il suffit parfois de bien peu de chose, un téléphone, une rencontre.

Quebec PR : we’ve come a long way, Baby!

Exciting things are starting to happen in the Quebec PR landscape : it may just be the burst of energy that hits the province in the spring, but I sense that social media is finally coming into its own.

When I launched this blog nearly two and a half years ago, after experimenting with a personal blog for a few months, Marc Snyder was already an old hand at blogging and Pierre Bouchard had just beaten me to the punch by a few weeks. For some, three is more than enough, but in our case, we definitely needed to turn towards other, English language resources like Brian Solis, Inside PR and FIR to get our PR social media fix and move forward in our development.

I was pleased when others started to slowly join the original triumverate. Massey Forget launched Quebec’s first PR agency blog in June of that same year, with Sophie Labelle, Aurélie Alaume, Bernard Motulsky, UQAM’s PR Chair and AGC Communications launching in 2008.

Now that social media has gone mainstream, more and more of Quebec’s francophone PR practioners are exploring the space.  Activities such as 3e mardi | Third Tuesday Montréal, YULBiz and the SQPRP’s social media workshops help introduce Montreal-based practitioners to social media.

Lately, it seems that every week brings a new and exciting blog launch from some of our industry’s leading professionals.  Among Quebec PR practitioners who have recently entered the space are: Martine Dorval. Patrice Leroux (who promises to post regularly as of June 1st), Marie-Josée Gagnon and Serge Leclerc.

I can only hope that one day, Marc Snyder, Guy Versailles, and my wonderful mentor, Alain Charbonneau, will re-open their blogs. The content generated by these senior PR practitioners was rich and the entire community would be well served if they once again shared their thoughts with us in blog format.

As for a blog for the SQPRP, Québec’s PR association, I can only hope that it will happen one day. It would be a great way to build relationships with the existing membership, recruit new members and demonstrate the value of the association as well as the industry as a whole.

I’m thrilled. So thrilled, I wanted to blog about this in English, so the ROC can hear about how dynamic the Quebec market is becoming. It’s absolutely fantastic to be able to read and exchange with professionals from my own city, in my own language, about something as exciting to me as social media.

Félicitations à tous ceux qui se lancent dans cette belle aventure. Au plaisir de vous lire!