Michelle Sullivan Communications

Welcome home Commander Hadfield: Canada’s social media astonaut comes back to Earth

Canadian Chris Hadfield, who commanded the International space station for nearly five months, has made his mark in the social media space — no pun intended — as the first astronaut to fully leverage the power of social networks as a way to share his passion for science and space travel with the world. The Canadian Space Agency has literally never had an ambassador with as great a reach. Astronauts like Marc Garneau, Roberta Bondar, Julie Payette and Steve MacLean, though household names, had to rely on traditional media outlets to get their messages across. With the help of a team that includes his 28-year old son Evan, back on Earth, Chris Hadfield is able to communicate directly with Canadians and space enthusiasts around the world.

There are important lessons to be learned from Commander Hadfield — and I’m not just talking musically. Whether you’re the community manager for a startup, small business or huge business, take note:

1. Be creative: Hadfield’s science experiments and renditions of famous songs meant he was able to stand out from the crowd. Granted, he has the advantage of being able to show us what happens to water in zero-gravity, but you have a similar advantage as a niche expert. You just need to identify the opportunity and present it in a way that will capture the attention and imagination of your own target audience.

How does this apply back here on Earth?

Owens-Illinois is one of my favourite examples of how a B2B brand has managed to leverage social media in a creative way in order to position itself as an industry leader. Its Glass Is Life campaign captures the beauty of glass across a variety of social networks (Facebook, Twitter, YouTube, Pinterest). Proof that B2B social media marketing doesn’t need to be boring.

This is the first in a series of 7 ways social media types can draw inspiration from Chris Hadfield’s social media experiment. Seven — a lucky number for Commander Hadfield, wishing him a safe return to Earth. I suspect his feet won’t touch the ground for quite awhile after his spacecrafts lands!

Note: this post was written prior to … but for technical reasons published after … Commander Hadfield’s safe landing.

Twitter: Je sors de ma torpeur pour regarder de nouveau vers le ciel

J’adore. Des bijoux comme celui-ci se retrouvent sur Twitter.

Le printemps dernier, j’ai décidé de prendre une pause qui a, enfin, durée pas mal plus longtemps que prévu.

Le Québec n’est pas tout à fait transformé à mon goût, mais certains changements m’apaisent suffisamment pour que je revienne à mes moutons.

L’Université de Montréal m’a invité à reprendre la barre du cours REP2300, Relations avec les médias, ce que je ferai avec grand plaisir, dès le 10 janvier prochain.

J’ai apporté quelques changements à mon plan de cours et aux travaux à effectuer, mais cette cohorte aura, elle aussi, à apprivoiser Twitter.

Je donc l’intention de consacrer mes premiers billets de 2013 à ce sujet, dans l’espoir d’encourager les plus timides à s’y lancer de bon coeur. Car il y a là toute une richesse pour les professionnels en relations publiques en devenir …

Merci à mes abonnés, qui ont été très patients avec moi ;) Au plaisir d’échanger avec vous ici et là.

- @msullivan

« J’ai un peu de difficulté à bloguer sur les médias sociaux avec tout ce qui se passe au Québec »

Il y a des moments, comme ça, sur Twitter, lorsqu’un gazouillis résonne plus fort que les autres. C’est le cas, pour moi, aujourd’hui, avec ce sentiment exprimé en 140 caractères par Nadia Seraiocco qui, comme moi, blogue généralement sur les médias sociaux.

Depuis un certain temps, comme vous l’avez peut-être constaté, ça ne me tente plus, moi non plus. Je néglige mon blogue. Comme Nadia, j’ai moi aussi un peu de difficulté à bloguer sur les médias sociaux et la communication avec tout ce qui se passe au Québec … et au Canada.

Comme les manifestations étudiantes contre la hausse des frais de scolarité. Et le comportement de certains policiers à leur égard. En tant que prof d’université … en tant que citoyenne … cette lutte me touche directement;

Comme le démantèlement de Droits et Démocratie par le gouvernement Harper … et les changements chez l’ACDI qui font en sorte que certaines compagnies pétrolières de l’Alberta reçoivent davantage pour leurs programmes de Responsabilité sociale des entreprises (CSR en anglais) que certains OSBL qui militent pour les droits humains depuis des décennies. Et on ne parle pas ici des coupures annoncées dans le budget Flaherty;

Comme les menaces à notre environnement au nom d’une lucidité qui me semble tout sauf lucide;

Comme les coupures à Radio Canada et à l’ONF;

Comme l’abolition du registre des armes à feu;

Comme un gouvernement qui ne laisse pas parler ses scientifiques … et qui ne parle pas aux médias;

Je me dis que je devrais justement en profiter pour présenter une analyse des moyens de pression que les groupes exercent via les médias sociaux. Ce blogue est censé, après tout, prendre un virage plutôt Affaires publiques 2.0.

Mais je n’y arrive pas.  Je passe mon temps à partager des liens via Facebook et Twitter dans l’espoir de sensibiliser et de mobiliser mon réseau … dans l’espoir qu’ils soient aussi outrés que moi. Je me réfugie sur mon blogue Images de femmes, qui semble avoir plus de mérite en ce moment.

Quand ta mère de 70 ans te dit : tu devrais lancer une campagne Facebook pour contrer telle ou telle décision gouvernementale ou injustice sociale, tu te dis que c’est vrai que les médias sociaux ne connaissent plus d’âge.

Quand ta passion pour les médias sociaux te semble soudainement vide de sens, tu te dis qu’il est temps de passer à l’acte. Vous me pardonnerez, alors, si je continue à négliger ce blogue. J’ai un Québec à changer.

J’apprends de mes élèves – merci. Et merci Twitter

La beauté de lancer un mot-clic (#rep2300) dans le cadre d’un cours d’introduction aux relations de presse: non seulement on peut communiquer avec nos élèves (tous obligatoirement sur Twitter) mais on apprend d’eux,
140 caractères à la fois.

Le bijou du jour, gracieuseté de @priseilliaL, qui se doute peut-être que son prof a un faible pour l’histoire. Combinaison gagnante, alors:

Les RELATIONS PUBLIQUES commencent dès l’Antiquité

49 Av. J.-C. : JULES CESAR envoie les rapports de ses exploits guerriers dans un journal quotidien intitulé : ACTA DIURNA

1066 La 1ère infographie au monde : la Tapisserie de Bayeux relate la conquête normande de l’Angleterre

17ème siècle : Église Catholique crée la “Congrégation de la propagande” pour la “propagation” de la Foi

19ème siècle : Naissance des Relations Publiques

1807 Thomas Jefferson : Premier à utiliser le terme « Relations Publiques » dans un discours devant le congrès américain

1889 Westinghouse crée le 1er département RP pour rivaliser avec General Electrics de Thomas Edison dans la « Guerre des Courants ». VICTOIRE du courant alternatif qui s’impose comme le standard

1897 L’Annuaire des chemins de fer américains. Pour la première fois, les RP sont utilisées pour gérer la communication entre une organisation et le public. Naissance des Corporate PR

1900 « The Publicity Bureau » : la première agence de Relations Publiques

Les années 1900 – 1920 voient l’arrivée des « Grands hommes » des RP

1906 Ivy L. Lee crée le premier COMMUNIQUE DE PRESSE officiel pour aider le chemin de fer de Pensylvanie à COMMUNIQUER sur un accident ferroviaire

Son « public statement » est publié par The New York Times

Les années 20 marquent le passage d’une culture du BESOIN à une culture du DESIR

1924 Basil Clarke introduit le « British Code of Ethics » en Angleterre. Mène une campagne pour que soit inscrit « déconseillé aux nourrissons » sur le lait écrémé importé (pour le compte des producteurs de lait pasteurisé) S’oppose à l’utilisation des colorants nocifs dans les aliments en conserve pour le compte de HEINZ

1929 Krach de Wall Street Les Relations Publiques deviennent primordiales

Edward L. Bernays fait de la cigarette le symbole de la libération de la femme. il organise à NY un défilé de jolies femmes fumant « les torches de la liberté »

Il convainc l’opinion publique que la bière est une alternative saine aux alcools forts

1938 De Beers « Les diamants sont éternels » Campagne pour associer les diamants à la romance. Hausse des ventes de plus de 40%

1941 Après l’attaque sur Pearl Harbour Coca Cola persuade le Département américain de la Guerre que son soda est crucial à l’effort de guerre. Chaque homme en uniforme a une bouteille de Coca Cola pour 5 cents. Résultat : 5 milliards de bouteilles consommées pendant la guerre

1948 L’Institut des Relations Publiques est fondé

1949 « Public Relations and Publicity » de J. H. Brebner est publié. Premier livre britannique avec « Public Relations » dans son titre

Les années 50. La globalisation des RP. Les pionniers John Hill & Harold Burson

Burson crée son entreprise en 1953… En 2001 Burson-Marsteller pèse plus de 259 millions de dollars de chiffre d’affaires et compte plus de 2000 employés dans 34 pays

Les années 60 : Émergence d’organismes professionnels à travers l’Europe pour représenter les agences de RP

1969 : Le PRCA en Angleterre

1982 : ASSOREL en Italie

1988 : Le SYNTEC CONSEIL EN RELATIONS PUBLIQUES en France

1992 : ADECEC en Espagne

AUJOURD’HUI

l’ICCO : :Regroupe plus de 1 500 entreprises à travers le monde.

D’après l’ICCO, les médias sociaux et la communication digitale représentent la plus forte source de croissance pour les relations publiques.

Les années 1990 : Brian Solis, prédit qu’Internet transformera les relations publiques. Il invente le terme PR 2.0

2008 : Deirdre Breakenridge publie son livre PR 2.0. ce libre décrit comment les médias sociaux ont cimenté la nouvelle approche : la place du « public » dans les relations publics…

Michelle Sullivan se joint à Rogers :: Michelle Sullivan joins Rogers Communications Inc.

English follows

Une nouvelle aventure s’amorce: j’ai accepté l’invitation de Keith McArthur et me joindrai à la belle équipe médias sociaux de Rogers Communications Inc. dès lundi. Un retour aux sources pour moi; j’ai fait mes premiers pas en relations publiques au sein de l’équipe des communications d’entreprise de Microcell Télécom, ancien «maître» de Fido. J’y retrouverai des visages familiers et aurai le grand plaisir de rejoindre d’anciens collègues et amis. Cette fois-ci, je me concentrerai sur l’évolution des médias sociaux à travers l’ensemble des filiales de Rogers, y compris la télécommunication, Rogers Media et les équipes sportives. Rogers est un grand terrain de jeu et j’ai bien hâte d’y avoir accès. Seule Québécoise au sein de mon équipe, je conseillerai principalement les équipes marketing et RP en matière de médias sociaux pour les marchés francophones. Vous pourrez me lire sur FilRouge et me suivre via mon compte Rogers sur Twitter.

La vie est remplie d’opportunités. Il faut savoir les reconnaître et les saisir.

I’m embarking on a new adventure: I’ve accepted Keith McArthur‘s invitation to join the fabulous social media team at Rogers Communications Inc, starting on Monday. You could say I’m circling back to where it all began – Fido is where I  first got my start in corporate communications, back when Fido’s master was Microcell Teleom. Some of the truly sharp people who started off with me then are still there, and it’ll be a real treat to work with them again. This time around, I could be called upon to provide social media strategic counsel to any one of Rogers’ subsidiaries, including telecom, Rogers Media and its sports teams. Rogers is a huge playground and I’m eager to get my hands dirty. The only « Québécoise » on the team, I’ll work closely with PR and marketing groups on initiatives for the francophone market. You’ll be able to read me at  FilRouge, Rogers’ French language blog, as well as follow my Rogers account on Twitter.

Life is filled with opportunities. Recognizing and seizing them is half the battle.