Michelle Sullivan Communications

OQLF : Nouveau guide destiné aux gestionnaires de communauté du Québec

Il y a un peu plus de deux ans, je vous parlais de ce cas de la propriétaire de boutique à Chelsey qui avait reçu une lettre de l’Office québécoise de la langue française exigeant que sa page sur Facebook présente du contenu en français?

L’OQLF vient de publier un guide pratique destiné aux entrepreneurs et aux gestionnaires de communications intitulé « Les médias sociaux et la Charte de la langue française »

En voici quelques extraits :

Bien que la Charte ait été adoptée avant l’arrivée des médias sociaux, ceux‐ci doivent en respecter les dispositions, de la même façon que les sites Web, même si aucune mention n’en est faite dans le texte de loi. Les différents articles de la Charte relatifs à la langue du travail et à la langue du commerce et des affaires s’appliquent quel que soit le moyen de diffusion utilisé.

1. L’entreprise est établie au Québec (personne morale ou personne physique exploitant une entreprise au Québec).

2. Le média social est celui qui est officiellement utilisé et publicisé par l’entreprise.

3. Le contenu du média social vise le marché québécois.

Exceptions :

– La publicité « par un organe d’information qui diffuse dans une autre langue que le français (par exemple, dans la zone publicitaire de la page Facebook d’un internaute) »

– La publicité concernant un produit culturel ou éducatif si son contenu est dans une autre langue, une activité culturelle ou éducative si elle se déroule dans une autre langue, ou un organe d’information s’il diffuse dans une autre langue

– La publicité relative à un congrès destiné uniquement à un public spécialisé ou restreint

– Une marque de commerce utilisée dans la publicité

– Des messages de type religieux, politique, idéologique ou humanitaire pourvu qu’ils ne soient pas à but lucratif

Si une entreprise choisit de diffuser de l’information dans une autre langue que le français, elle peut le faire dans un compte de média social distinct. Elle aurait ainsi, pour un même média social, un compte en français et un compte dans une autre langue. Elle peut aussi diffuser l’information dans un seul compte, qui sera alors bilingue. Dans tous les cas, l’entreprise doit s’assurer que le contenu en français destiné au marché québécois est au moins équivalent à celui dans une autre langue.

Pouvons-nous utiliser l’option de ciblage offerte par Facebook? L’OQLF semble avoir évolué sur ce point. Voici la réponse qui m’a été envoyée :

Équivalence du ciblage

Facebook permettant le ciblage linguistique, une entreprise peut choisir de diffuser en fonction de ce critère. Cependant, il importe de s’assurer que tout contenu destiné au marché québécois est au moins en français. Le ciblage qui est fait dans une autre langue que le français doit avoir son équivalent en français.

Nous recevons parfois des plaintes de consommateurs qui nous indiquent ne pas voir l’équivalent en français d’une publication. Nous demandons alors la vérification de la langue du compte. Il peut arriver que, quand bien même le compte est configuré « français (Canada) », la publication s’affiche en anglais, preuve qu’elle n’existe pas en français. Il peut aussi arriver que la publication ne s’affiche tout simplement pas. Dans ce cas, il n’y a pas d’équivalence dans le ciblage.

La stratégie de diffusion appartient à l’entreprise. Elle peut choisir de cibler selon la langue de l’utilisateur (ou, comme vous le dites si bien, selon ce qui est configuré dans les paramètres du compte) ou de diffuser dans les deux langues dans la même publication. Dans tous les cas, l’important est que le français ne soit pas occulté et qu’il soit présent de façon au moins aussi évidente. Bien sûr, la publication peut être en français seulement, ce qui reflèterait le visage français du Québec.

Et voilà. Le respect d’un peuple passe par le respect de sa langue et culture. Ce guide démontre l’ouverture de l’OQLF aux réalités des réseaux sociaux, et ce dans le respect de leur mission première.