Michelle Sullivan Communications

Leçons tirées du phénomène Paillé: Un peuple indifférent? Pas sur Twitter!

Les débats électoraux des derniers jours ont démontré très clairement que bien que seulement 13,7% des internautes canadiens soient sur Twitter, il s’agit d’un groupe dynamique, impliqué et intéressé par des questions sociétales de fond.  Comme l’indique le Flash Info publié par les Affaires publiques de Hill & Knowlton hier:

L’affluence sur Twitter au cours du débat en anglais de mardi soir a battu des records quant au nombre de microbillets portant sur les élections qui furent affichés, soit plus de 42 500 en trois heures, i.e. « presque deux fois et demie le nombre de microbillets électoraux affichés en moyenne en une journée complète », selon la Gazette de Montréal.

L’effet Paillé a pris son essor sur Twitter, et, faisant preuve d’écoute, les médias traditionnels ont rapidement commenté le phénomène. Au delà de l’élément ludique, l’engouement Paillé sert à jeter de la lumière sur le fait que les internautes Canadiens ont profité de Twitter pour commenter le débat en direct, utilisant des mots-clics comme #debat #fed2011 #db8 et #elxn41 pour suivre le flux de la conversation. Ils l’ont fait pour le débat, tout comme ils le font lors de la diffusion de Tout le monde en parle avec #tlmep chaque dimanche soir.

Autrefois isolés devant leur télé, les internautes se servent de Twitter pour se joindre à une communauté virtuelle et pour échanger en direct avec ceux qui partagent leurs intérêts. Ils ont accès à des internautes « ordinaires » tout comme ils ont accès aux politiciens et personnalités publiques qui se trouvent sur Twitter.

Ils le font avec les débats. Ils le font avec Tout le monde en parle. Ils le font avec votre marque.

Avez-vous analysé la conversation entourant votre marque sur Twitter récemment?

Laissez un commentaire

Nom (obligatoire) :

Courriel (obligatoire) :

Site web :

Message :