Michelle Sullivan Communications

Divulgation d’intérêts à l’ère des médias sociaux: obligation éthique

Votre client lance un nouveau produit ou organise un événement. Il vous embauche (ou non) pour en faire la promotion. En tant que professionnel en relations publiques, devez-vous le dévoiler si vous mentionnez votre client et sa campagne dans votre blogue, sur Facebook, Twitter ou ailleurs? Même si les codes de déontologie qui nous gouvernent ne le dictaient pas, les standards de meilleure pratique de la blogosphère, eux, l’exigent.

Est-ce que votre blogue affiche votre déclaration d’intérêts?

Est-ce que vous l’indiquez dans vos billets lorsque vous parlez d’un client ou de sa marque?

Prenez vous la peine d’ajouter le hashtag #client (ou autre moyen de faire une divulgation) lorsque vous envoyez un mot à votre réseau Twitter?

Non? Il arrive qu’on oublie de le faire. L’erreur est humaine, après tout. Si on travaille en agence — surtout pour une multinationale comme Hill & Knowlton (HKDP) — il se peut qu’on parle d’un client sans même le savoir. Mais si vous ne faites pas de divulgations d’intérêt de façon systématique — si vous n’aviez même pas songé le faire ou si le choix de ne pas le faire est conscient —  je vous invite à changer de cap pour le bien de la réputation de notre profession, et pour le bien des liens que vous tissez avec les blogueurs. Ça ne demande pas beaucoup d’effort et votre crédibilité … notre crédibilité … en dépendent.

Laissez un commentaire

Nom (obligatoire) :

Courriel (obligatoire) :

Site web :

Message :