Michelle Sullivan Communications

400 billets et (au moins) 10 leçons tirées de deux ans et demi d’expérience

C’est seulement en le publiant que je me suis rendue compte que mon dernier billet était mon 400e. Oof!

J’en profite pour partager quelques réflexions sur le blogging sous forme de leçons apprises en deux ans et demi de pratique.

Ce billet s’adresse surtout à tous ceux en agence qui commencent à tourner leur attention vers les médias sociaux. Vous êtes maintenant nombreux. Si je le sais, c’est parce que c’est moi que vous contactez en disant : « Bonjour Madame Sullivan, je suis tombé sur votre blogue et …  » Ce qui m’emmène à mon premier point:

Leçon no. 1 : même si ce n’était pas mon but en ouvrant mon blogue, j’ai rapidement compris que cette plateforme allait devenir une belle carte de visite pour mon entreprise. J’ai eu beau faire des années de bénévolat auprès de diverses associations, dont la SQPRP, ce n’est qu’en me démarquant de mes collègues québécois en lançant mon blogue que j’ai véritablement réussi à capter l’attention de collègues sénior et influents. Je me suis taillée une petite niche intéressante qui est devenue tendance au sein de l’industrie et qui me sert maintenant très bien. N’ayez pas peur d’être seul (ou presque) dans votre entourage à croire en quelque chose. Si vous avez raison, vous vous retrouverez devant la vague, ce qui est de loin préférable à la situation inverse.

Leçon no. 2: la publication de billets sur une base hebdomadaire n’est pas nécessaire. Ne vous laissez pas intimider par ceux qui insistent qu’il faut publier à tous les jours. Ce n’est pas vrai et ça brûle son homme (ou sa femme). L’important est d’être quand même présent … de ne pas laisser mourir son blogue à petit feu en publiant seulement de temps en temps, par exemple … et d’avoir du contenu intéressant. Le vrai défi est là, honnêtement. Si vous n’avez rien à dire, ni à partager, les médias sociaux ne sont pas pour vous.

Leçon no. 3: je suis arrivée à la conclusion que ceux qui disent qu’il est nécessaire d’héberger un blogue sur un nom de domaine qui nous appartient (versus sur WordPress, Typepad ou Blogger, par exemple) ont raison. Oui, il est plus facile de lancer son blogue sur une plateforme gratuite comme Blogger, comme j’ai fait, d’ailleurs, mais ultimement, on dépend ainsi sur l’existence de ces services. Existence qui n’est pas garantie. Si jamais Blogger fermait ses portes, que feriez vous? Vous migreriez probablement votre contenu vers votre propre nom de domaine. Pourquoi ne pas commencer dès maintenant et profiter des avantages reliées à l’optimisation?

Leçon no. 4: tant qu’à suivre les conseils de la leçon no. 3, pourquoi ne pas réserver un nom de domaine qui vous ressemble afin que les gens puissent vous trouver encore plus facilement? Éminence Grise était ben cute quand j’ai lancé mon blogue sur la plateforme Blogger en janvier 2007, mais au moment de la migration vers mon propre nom de domaine, j’ai laissé tombé l’aspect cute pour profiter des avantages non négligeables du URL michellesullivan.ca.  Je ne l’ai jamais regretté.

Leçon no. 5: dès que michellesullivan.com est devenu disponible, je l’ai réservé pour le bénéfice de tous ceux qui pourraient se tromper en me cherchant simplement par URL. Ils sont maintenant automatiquement redirigés vers mon blogue. Un grand merci à Laurent Lasalle, celui qui a fait le design de mon blogue et qui veille sur sa création de loin. C’est lui qui m’a envoyé un petit mot pour me dire que le .com n’était plus entre les mains de l’agente d’immeuble de Colorado qui l’avait acheté avant moi. Je suis sautée dessus.

Leçon no. 6: un beau design de blogue vaut la chandelle. Je ne semble pas être la seule à adorer le ‘look’ de mon blogue, car je reçois régulièrement des compliments de la part de purs étrangers. Mon blogue est ma carte de visite et projette une image professionnelle qui me ressemble et qui inspire confiance. Le design est un beau complément au contenu qui est, je l’espère bien, aussi intéressant. En arrivant, on a envie d’y rester. Du moins c’est ce que Google Analytics m’indique. Et en plus, on s’en souvient. Parfait, ça.

Leçon no. 7: la publication de billets dans deux langues me nuit et m’aide en même temps. Me nuit parce que mes collègues unilingues s’aperçoivent que mon contenu pourrait être intéressant, mais n’y ont parfois pas accès. M’aide, parce que le fait de pouvoir démontrer mon bilinguisme et ma capacité de naviguer aussi facilement le marché anglophone que francophone  m’apporte énormément de contrats de la part de ces mêmes collègues unilingues. Merci maman. Thanks Dad. Quel beau cadeau.

Leçon no. 8: Le microblogging (Twitter, Identi.ca) c’est bien beau, mais c’est par le biais d’un billet de blogue qu’on peut véritablement participer aux échanges intéressantes qui ont lieu sur le Web. À eux seuls, les blogues et balados de professionnels en RP et en marketing s’intéressant aux médias sociaux doivent certainement maintenant compter dans les centaines. Tant de contenu et tant de possibilités d’apporter son point de vue en inscrivant un commentaire ou en pondant un billet de réplique ou de soutien dans son propre blogue.

Leçon no. 9: la communauté est généreuse. Impliquez vous. Commentez les billets d’autres blogueurs ou les épisodes de baladodiffuseurs. Prenez le temps d’en connaître. Ajoutez en à votre aggrégateur (ex: Google Reader, Netvibes). Que ce soit sur le Web ou dans votre voisinage, si vous avez pris la peine de sortir de votre bulle et de vous faire connaître et apprécier, vous tisserez des liens agréables avec des personnes intéressantes qui se feront un plaisir de vous conseiller ou de vous donner un coup de main le moment venu (et vice versa). Vous n’aurez qu’à le demander. Karma baby. Si vous ne me croyez pas, je vous invite à surveiller le blogue de PodCamp Montréal, car vous en aurez bientôt la preuve. Hier, Julien Smith m’a fait un très beau cadeau en me permettant de réaliser ma vision pour une affiche et vidéo promo. Celle là, je ne l’oublierai pas.

Leçon no. 10: impossible de s’y échapper. Il faut se salir les mains. Si vous voulez ajouter les médias sociaux à votre offre de service, vous devez vous baigner dans ce nouveau monde, ou travailler avec ceux qui le font. Je n’aurais jamais autant de crédibilité auprès de centaines de blogueurs d’ici et d’ailleurs si je n’avais pas tenu pas moi même un blogue, si je n’avais pas déjà fait de la baladodiffusion, si je n’avais pas pris pas le temps d’assister à (et parfois à organiser) des événements comme 3e mardi | Third Tuesday Montréal, YULBlog, YulBiz, PodCamp, Podcasters Across Borders, FacebookCamp, Twestival etc. C’est nécessaire pour comprendre non seulement les outils mais la mentalité qui caractérise le Web 2.0. Vous n’allez pas saisir autant en lisant les blogues et les livres de ceux qui ont acquis une certaine expertise en RP 2.0, qu’en ouvrant un dialogue avec eux. Ce dialogue a lieu sur le Web, dans les blogues, les forums et sur Twitter, et dans les événements qui permettent à ceux qui se connaissent sur le Web de se rencontrer en face à face. Ce n’est pas un choix, mais une obligation. Si vous n’êtes pas prêts à vous commettre à votre développement professionnel en ce sens, travaillez avec ceux qui le sont.

Les médias sociaux ne s’improvisent pas. Heureusement que c’est passionnant.

Commentaires

  1. Etienne Chabot

    2009.08.06 @ 22:20

    Merci pour ce beau billet Michelle. Mon parcours dans le monde des blogues est plus récent que le tien. C’est rassurant de voir que les actions fque j’ai posées en 7 mois de blogging vont dans le bon sens. J’ai moi aussi été à l’affût de l’url http://www.etiennechabot.com pendant près d’un an car il avait été acheté par un autre Etienne Chabot qui ne s’en servait pas. J’ai fait mes démarches moi-même avec GoDaddy et je suis maintenant proprio de mon chez-moi sur le web. J’ai même gardé le chalet http://www.etiennechabot.ca. 😉

    Là où tu me rassures le plus, c’est dans l’importance relative de publier fréquemment. J’ai souvent entendu qu’il fallait publier chaque jour ou 3-4 fois par semaine. Les bloggers pro disent même qu’il faut planifier des billets d’avance si on part en vacances pour ne pas que notre blogue soit inactif. Désolé mais je n’achète pas cela. La beauté d’un blogue, c’est son côté humain et personnel, pas mécanique. Un humain, ca prend des vacances, ca se repose et ca ne peut pas pondre des bons billets tous les jours. Je m’efforce donc depuis quelques mois de publier et de partager ce que je juge vraiment pertinent. Il se passe parfois 1-2 semaines entre les billets mais les autres billets maintiennent un certain traffic et c’est correct ainsi.

    En tout cas, merci d’avoir partagé ce point tournant dans ta carrière de blogueuse avec tes lecteurs.

  2. nicolask7

    2009.08.06 @ 22:38

    Bravo pour ce milestone Michelle, merci aussi de m’avoir introduit au sein de 3e Mardi | Third Tuesday. Ton blogue demeure une référence et une inspiration pour chaque professionnel intéressé aux médias sociaux, relations publiques et communications.

  3. Éric Bolduc

    2009.08.07 @ 08:40

    ce n’est pas la première fois que je l’écris .. mais j’apprécie pareillement le propos et la lisibilité de tes billets, comme nous disions l’autre jour, il semble que les chiffres agissent magiquement sur le cerveau humain, diviser un contenu complexe en petit chapitre et/ou en faire un liste est un stratagème toujours gagnant 😉

    et je te l’accorde .. le design de ton blogue est hors du commun, vraiment très très bien ! bravo pour ce 400e billet et pour tout ce qui s’envient pour toi xo

  4. Jean-François Paradis

    2009.08.07 @ 09:22

    Merci pour ce partage et félicitations pour le succès (qui ne vient jamais sans travail et persévérance). Je cogite moi-même de partir un blogue qui sera complémentaire à mon éventuelle pratique (le coaching) et ces 10 leçons de base sont très précieuses, entre autres choses.

    J’ai déjà réservé mon nom de domaine personnalisé et j’oserai bien sûr me « salir les mains » une fois que je serai prêt à lancer le tout dans le cyberespace

    Bravo encore et bonne suite des choses!

  5. Sophie Labelle

    2009.08.07 @ 09:32

    Toujours si intéressant de te lire Michelle. Tu sais que je me plais à t’appeler « man mentor non officielle » (non officielle à cause coaching qui ne s’est pas fait via la SQPRP mais via une réellement complicité entre nous deux). Tu continues d’être une inspiration pour moi et tes conseils sont précieux.

    J’y pense depuis le tout début à acheter un sophielabelle.ca. Je ne sais même pas s’il est disponible. Il faudrait réellement que je parle de tout ça avec des gens qui connaissent ça. Combien dois-je investir pour migrer mon site vers une plate-forme à mon image ? Peut-être que je devrais en parler avec Laurent Lasalle !? Ton blogue est en effet très design – j’adore !

  6. Michelle Sullivan

    2009.08.07 @ 09:40

    @jean-françois Tiens donc! De la grande visite. Tu lis mon blogue… ben merci. Ce billet a été rédigé avec mon public habituel en tête : les pros en RP / marketing qui cherchent à mieux comprendre les médias sociaux dans le but d’ajouter cette compétence à leur offre de service. Dans ton cas, tu fais bien de prendre ton temps: l’écoute est primordiale avant de se lancer de façon professionnelle dans l’univers des médias sociaux. Va voir ce qui se fait ailleurs dans le domaine du coaching (ex: Chantal Beaupré). Commente quelques billets de façon intelligente (ce qui ne sera pas difficile pour toi). Devient membre de la communauté et tu verras que quand viendra temps de lancer ton blogue, tu auras déjà un public intéressé à connaître tes propos. D’ici là je te dis merde!

  7. Michelle Sullivan

    2009.08.07 @ 09:51

    @sophie Une bonne nouvelle pour toi : sophielabelle.ca / .com / .biz / .org etc sont tous disponibles. Je te conseillerais de visiter le site de Hover.com afin de les réserver immédiatement. Si je te conseille Hover, c’est qu’ils ont commandité PodCamp Toronto cette année – j’ai tendance à appuyer tous ceux qui appuyent les initiatives de notre communauté. Le coût? Modique. Même si tu ne migres pas ton blogue tout de suite, tu pourras dormir sur tes deux oreilles pendant au moins un an, sachant que l’autre Sophie Labelle, celle de Matane, ne pourra pas s’emparer de ta marque sur le Web avec son blogue sur les fées et les licornes.
    Pour ce qui en est du design de ton blogue, je te recommande chaudement Laurent, sans oublier Philippe Martin – les deux sauront bien te guider.

  8. Minter Dial

    2009.08.10 @ 02:10

    Superbe billet Michelle.

    Je me creusais la tete sur cette histoire de bilinguisme. Il parait que, sur Google, le fait d’etre en bilingue pour nuire a l’efficicate dans leur moteur de recherche.

    Par ailleurs, je m’apprete a passer sur wordpress… Un projet pour l’automne… Une conversion certainement douleureuse apres 3 ans et 600+ posts de blog…

  9. Michelle Sullivan

    2009.08.10 @ 11:02

    @Minter Effectivement, j’aurais dû mentionner ce défaut très important. Merci de préciser. J’ai quand même décidé que, dans mon cas, le fait de pouvoir démontrer mon bilinguisme et m’adresser à deux publics en valait le sacrifice. Pas pour tout le monde.

    Bonne chance pour la transition – dommage de perdre tous ces liens entrants, mais bon. Imagine ce que ça serait à 800+ billets 😉

  10. Patrick Do Trong

    2009.08.16 @ 01:01

    Bonsoir Michelle,

    À la suite de la lecture de votre billet, je me sens beaucoup plus à l’aide avec mon blogue. Pas besoin de vous le dire, je blogue pour le plaisir de partager mes pensées et opinions avec la communauté virtuelle. Si j’avais tombé sur votre article il y avait quelques mois auparavant, je n’aurai pas passé de si nombreuses nuits blanches à me demander ces mêmes questions que vous traitez dans votre article.

    Pour ma part, http://www.iampatdotcom.com est une vraie expérience en soi: l’intégration des bases de données, les scripts, le php, la rédaction, et j’en passe. Ce n’était pas du tout évident au départ. La persévérance et la curiosité ont prévalu. J’ai réussi à monter un blogue à partir d’absolument rien.

    Je comprends qu’il est important de publier des articles à haute densité sémantique pour refouler le trafic vers son blogue sans toutefois adhérer à cette ligne directrice. Si vous consultez mon blogue, je parle de vraiment tout et de n’importe quoi. Je me demande toujours si je suis entrain de me tirer une balle dans le pied. Je ne vise pas la gloire ni le succès mythique de ProBlogger, mais désire tout simplement inspirer et partager mon vécu avec des intéressés.

    Je vous souhaite une belle continuité, et espère pouvoir vous rencontrer au PodCamp de Montréal ces 19 et 20 septembre 2009.

    Sincèrement,

    Patrick

    P.S Suis-je une des rares personnes à copier son commentaire dans Word pour vérifier les fautes d’orthographe avant de publier le tout sur le site d’autrui? Si non, vous me rassurez déjà.

Laissez un commentaire

Nom (obligatoire) :

Courriel (obligatoire) :

Site web :

Message :