Michelle Sullivan Communications

Quand est-ce qu’un journaliste devient un blogueur?

Qui dit que les journalistes ne pourront bientôt plus gagner leur pain? Voilà que deux journalistes canadiennes acceptent de traverser la Canada sur le bras de la Commission canadienne du tourisme (CCT) et d’Air Canada pour nous inciter à visiter notre propre pays cette anneé. Elles publieront des billets de blogue et sont présentes sur Facebook, Twitter, Flickr et YouTube, où le profil d’une des blogueuses se dresse comme suit:

La journaliste et blogueuse francophone Carolyne Weldon présente le projet des Carnets transcanadiens en direct de Montréal.

Une initiative louable, mais quel en est l’impact pour la profession?

Certains diraient qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre: qu’un journaliste n’est plus journaliste dès qu’il accepte un mandat de ce genre.  D’autres diront peut-être que la réalité est telle que les journalistes n’ont plus le choix que de faire preuve de flexibilité pour gagner leur vie. Et que, par le fait même, nous devrons adapter notre façon de percevoir la profession.

Selon la FPJQ:

le terme « journaliste » réfère à toute personne qui exerce une fonction de journaliste pour le compte d’une entreprise de presse.

Les journalistes doivent s’abstenir d’effectuer, en dehors du journalisme, des tâches reliées aux communications: relations publiques, publicité, promotion, cours donnés à ceux qui font l’événement sur la façon de se comporter devant les médias, simulacres de conférences de presse pour préparer des porte-parole à faire face aux journalistes, etc. Ces tâches servent des intérêts particuliers et visent à transmettre un message partisan au public. Les journalistes ne peuvent pas communiquer un jour des informations partisanes et le lendemain des informations impartiales, sans susciter la confusion dans le public et jeter un doute constant sur leur crédibilité et leur intégrité.

C’est effectivement délicat, leur affaire. Je serais intéressée à savoir comment ces deux journalistes comptent jongler leurs dédoublement identitaire.

Mme Revay se décrit ainsi:

My background is in broadcast journalism (BCTV on Global, The View and Good Morning America) and public relations, so I’m into communicating. I have degree in International Relations from UBC and a Diploma in Broadcasting from BCIT.

source: http://www.nowpublic.com/victoria_revay

Pour sa part, Mme Weldon se décrit ainsi sur son site Internet:

Ms. Weldon holds a post-graduate journalism degree from Concordia University, and has published articles and photographs in Bizim Anadolu, Montreal’s Turkish community monthly, Community Contact, Montreal’s Black and Carribean bi-monthly, and the Atlanta-based Barber’s Only Magazine.

On dit que Michaëlle Jean ne pourra jamais réintégrer son rôle de journaliste, depuis qu’elle a accepté le rôle de Gouverneure Générale.  Et la blogueuse Michelle Blanc ne se voit toujours pas décerner le titre de journaliste, malgré ses efforts en ce sens. * Quel sera donc le statut de ceux qui font l’inverse? De journalistes qui acceptent d’être rémunérés pour bloguer?

Comme quoi nous entrons de plus en plus dans une zone grise.

Qu’en pensez vous?

* MAJ: Méa culpa – Michelle Blanc confirme qu’elle n’a jamais demandé une telle reconnaissance. Comme ils disent, nous regrettons l’erreur.

MAJ 2: Trouvaille intéressante: Media Bloggers Association :  a nonpartisan non-profit organization dedicated to promoting, protecting and educating its members; supporting the development of « blogging » or « citizen journalism » as a distinct form of media; and helping to extend the power of the press, with all the rights and responsibilities that entails, to every citizen.

Commentaires

  1. Alex Lauzon

    2009.07.15 @ 13:50

    «Et la blogueuse Michelle Blanc ne se voit toujours pas décerner le titre de journaliste, malgré ses efforts en ce sens.»

    Michelle a déjà fait une telle requête? J’en doute un peu. Il me semblait plutôt qu’elle trouvait que «la FPJQ était une organisation arriérée» (citation prise sur le blogue de Michelle). Vous avez vérifié avec la principale intéressée avant de divulguer ce renseignement? Un journaliste l’aurait fait. :-p

    Ceci dit, vous posez une très bonne question. Si les reportages sont identifiés clairement comme étant commandités par la CCT et Air Canada, je ne vois pas de grandes différences avec les journalistes qui sont invités gratuitement à Hollywood pour rédiger un article sur un nouveau film ou un journaliste technologique qui teste un nouveau gadget fourni par la compagnie qui le produit. En autant que c’est spécifié, je pense que c’est ok.

  2. Josée

    2009.07.15 @ 14:25

    Sujet très pertinent et bien abordé. Mais doit-on vraiment choisir son camp ? Les médias, comme la pratique du journalisme, sont en mutation. Avec le recul, dans quelques années, nous saurons ce qu’est devenu le métier de journaliste.

  3. Sophie

    2009.07.15 @ 14:58

    Avec la crise économique et les fermetures de magazines et de journaux, les professionnels du milieu des médias sont en plein questionnement. Le journalisme citoyen et les photos prises sur le fait sont de plus en plus populaires. Les blogueurs émettent des opinions et écrivent des articles parfois bien documentés. Le journaliste se trouve où dans tout ça ? Les reportages et les dossiers deviennent de plus en plus coûteux, comparé aux nouvelles rapides écrites par une seule personne.
    Depuis quelques années, les journalistes sont pris dans un tourbillon et la profession traditionnelle se perd. Le métier de journaliste est en train de se redéfinir. Je crois que le point important de la profession, c’est la documentation, la justesse des nouvelles et des faits.

  4. Michelle Sullivan

    2009.07.15 @ 17:29

    @Alex – Je n’ai jamais prétendu être journaliste 😉 Et crois le où non, j’ai hésité, pensant qu’il serait effectivement mieux de valider ce que je disais au sujet de Michelle Blanc avant de publier, mais la croyant indisponible, ne voulant pas la déranger en ce moment et étant quand même pas mal certaine de ne pas avoir mal interprété ses propos, j’ai décidé d’aller de l’avant. Voilà que vous semez maintenant le doute. Heureusement, la nature même des blogues permettra à Michelle de corriger le tir elle même si nécessaire, dans les commentaires de ce billet (ce qui me permettra à mon tour de faire une MAJ de mon billet s’il le faut). Question de m’assurer qu’elle a bien vu ce billet, je viens de lui envoyer le lien, en lui demandant d’intervenir au besoin. Donc merci pour la vigilence – loin de moi de vouloir mal interpréter les propos des autres. Même si je ne suis pas journaliste, je cherche à être rigoureuse dans mes propos.

  5. Josée

    2009.07.16 @ 16:09

    Le journalisme est-il une profession ?
    Clay Shirky lance un pavé dans la mare dans on dernier billet (Not an Upgrade – An Upheaval, http://www.cato-unbound.org/2009/07/13/clay-shirky/not-an-upgrade-an-upheaval/) : « Like driving, journalism is not a profession — no degree or certification is required to practice it, and training often comes after hiring — and it is increasingly being transformed into an activity, open to all, sometimes done well, sometimes badly, but at a volume that simply cannot be supported by a small group of full-time workers. »

  6. #followfriday et liens du vendredi | Profession: nomade

    2009.07.17 @ 12:56

    […] pour terminer, Michelle Sullivan nous demande Quand est-ce qu’un journaliste devient blogueur ? Publié dans Liens du jour, vie de nomade | Tags : #followfriday, Liens du jour, partage, […]

  7. Simon Hénault

    2009.07.19 @ 14:06

    Are we all journalists? comme le précise Seth Godin (http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2004/06/are_we_all_jour.html). Le contenu est l’arme no 1 des entreprises sur le Web. En fait, les entreprises qui se lancent dans le marketing par contenu ont 3 options :
    1. Faire ce qu’elles peuvent avec leurs employés en poste;
    2. Créer une équipe d’édition – donc recruter des journalistes qui deviendront notamment de réels blogueurs;
    3. Impartir la production de contenu
    (comme le précise : http://bit.ly/2bbz1p).
    En dépit de la débâcle des médias imprimés, les journalistes deviendront de plus en plus des blogueurs… et ne manqueront pas de boulot !

Laissez un commentaire

Nom (obligatoire) :

Courriel (obligatoire) :

Site web :

Message :